Archive pour juin, 2008

Place de-Gaulle – Article Voix du Nord – 30 juin 2008

Place de Gaulle : sous les jolis pavés, la grogne des commerçants

La place de Templeuve « new look » a été inauguré samedi 28 juin en fanfare par le gratin de la République. Si personne ne conteste l’esthétisme de la pierre naturelle, certains commerçants alentour ont baissé le rideau ou affiché leur mécontentement.

On se serait cru à la fin du XIX siècle. A part que ces messieurs le sous-préfet, le député, le vice-président du conseil général ou le maire ne portaient pas les bacchantes. Mais les anciens combattants, l’harmonie municipale et la garden party dans le jardin du presbytère : rien ne manquait à l’image d’Epinal de cette commune rurale « à l’âme d’un village et aux atouts d’une ville« , le slogan cher au maire.

Luc Monnet n’a pas peur d’évoquer la fin d’une « opération à coeur ouvert » du centre de Templeuve. Il est vrai que l’édile a porté le projet contre vents et marées. Contre les commerçants qui pestaient contre les longs mois de travaux, débutés en mars 2007. Contre l’opposition qui stigmatisait le manque de stationnement et le gouffre financier de la réfection. Total aujourd’hui : « 2 millions d’euros, dont 54% financés par des subventions de l’état et du conseil général« , se réjouit le maire !!! Un ensemble « rendu aux piétons et aux vélos » et qui donne du cachet au coeur du bourg. (!!! ) La route, les trottoirs, les plots : tout a été réalisé « en pierre naturelle de la région« . Côté esthétisme, c’est le consensus.

Côté politique, c’est autre chose. Plusieurs commerçants ont affiché leur mécontentement sur la façade, samedi matin. Sur celle du fleuriste Eclat de Vert, celle du marchand des Quatre Saisons, quelques mots doux-amers : « Pour la délocalisation des commerces du centre ville… pour le grand centre commercial, c’est en bonne voie« . Le fleuriste a baissé le rideau devant les huiles, toute la matinée. A la Bascule, le café-traiteur-PMU, Juliette Heddebaut n’a fermé qu’une heure, mais elle est furieuse : « Pendant les neufs mois de travaux, mon chiffre d’affaire a chuté de 24 000 euros. Sans aucune indemnité. La mairie ne m’a rien commandé pour son cocktail du jour. Et maintenant, les voitures tampons de la place empêchent mes clients de se garer, ils vont donc manger ailleurs« .

Nombre de commerçants dénoncent les « voitures ventouses » des salariés du centre qui abandonnent leur véhicule la journée… là où, normalement, le stationnement est limité à 1h30. « Nous avons eu une réunion vendredi soir, avec deux élus. Ils ont évoqué la création d’une zone bleue, relate Philippe Dutriaux, gérant de Pistache.

D’autres résidants brocardent le bruit engendré par ces nouveaux pavés, et leur aspect irrégulier : « Les vieilles personnes tombent facilement« , insiste une passante. Un autre pointe du doigt les plots trop bas et leur ravages sur les voitures. Les pavés de la place sont devenus un cheval de bataille.

Marie Vandekerkhove

Noms jetés des villageois

 Noms jetés des villageois

 Noms jetés des villageois dans Histoire doc Cliquez sur le lien

 

Histoire de Templeuve

 Histoire de Templeuve

Histoire de Templeuve dans Histoire doc Cliquez sur le lien

Leclerc – Article Voix du Nord – 6 juin 2008

L’EXTENSION DE L’HYPERMARCHE STOPPEE PAR LILLE « POUR PRESERVER LA CONCURENCE »

Après le vote négatif de la CDEC (Commission départementale d’équipement commercial), mardi à Lille, le directeur du supermarché Leclerc, déçu, se retrouve au point de départ d’un projet d’extension élaboré depuis de nombreux mois.

Bernard Pocher, interrogé hier matin, avait passé une mauvaise nuit : »Je n’en ai pas encore parlé au personnel et aux clients, ils vont être surpris eux aussi« . Si l’opposition traditionnelle de la chambre de commerce et de la chambre des métiers à ce type d’autorisation n’a pas vraiment surpris le commerçant, le vote négatif du représentant de la ville de Lille – membre de la commission en tant que commune principale de l’arrondissement concerné – est vraiment mal passé.

« Qu’est-ce que cela peut leur faire qu’on s’agrandisse ? Nous ne concurençons pas les boutiques du centre de Lille ! En revanche, les clients ne trouvant pas satisfaction chez nous dans les conditions actuelles risquent d’aller faire leur courses à V2, à Seclin ou ailleurs. Je croyais qu’il fallait limiter l’usage de la voiture! ».

« C’est énorme ! »

pour M Pocher, qui parle aussi des quarante emplois à la clé, le projet avait donné satisfaction aux principaux acteurs de la ville de Templeuve, à commencer par la municipalité (nota : sauf l’opposition) qui avait donné lors du dernier conseil municipal. Luc Monnet, le mairer avait défendu cet agrandissement, affirmant que la présence de l’hypermarché au sein du bourg ne faisait pas de tort au petit commerce, mais au contraire, contribuait à ramener des clients dans le centre ville ( nota : d’où que l’on vienne il est inconcevable pour une personne de passer par le centre ville pour se rendre à l’hypermarché !). Jacques Mutez, « l’homme par qui le scandale arrive », ne regrette en rien sa position et développe trois arguments. D’abord, explique t-il, personne n’a sollicité la ville ded Lille avant la réunion de la commission : « On aurait pu nous présenter le projet de façon à ce qu’on puisse l’étudier, en discuter … » Mais ce point n’est pas déterminant, continue l’élu radical, »par contre, l’importance de l’agrandissement – 55 % – m’a paru énorme. »

Pour le délégué lillois, cette extension met à mal la concurrence dans le secteur, ce qui est contraire aux principes de la loi LME défendue par le gouvernement actuel et les tenants d’une économie de marché régulée, comme les radicaux justement. L’élu lillois ne pense pas que le monopole d’une enseigne – « tous les magasins de la galerie marchande sont estampillés Leclerc », rappelle t-il – contribue à faire baisser les prix. Il s’inquiète aussi du sort des supermachés d’Orchies, de Pont-à-Marcq, de Seclin… « Ce n’est pas si loin de Templeuve ! De plus, ce dossier a été mal ficelé et je n’ai pas aimé certains des arguments évoqués« . Une allusion au rachat par M Pocher du Leclerc de Lille-Fives, menacé de faillite. « Je  contribue à préserver le tissu social dans un quartier« , plaide en effet le commerçant. « Ca n’a rien à voir avec le dossier de Templeuve, répond Jacques Mutez. Moi je raisonne en élu responsable et je ne m’occupe pas de marchandage … »

J.-M. G.

dahirafemmesmouridesbayefal... |
Saint-Michel les Portes |
loi malraux versailles |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mimizan pour de vrai !
| Projet Eco-citoyen - CIFA T...
| Mairie de Grépiac