Archive pour février, 2009

Le projet du groupe scolaire Ferry-Lequin au coeur des débats du conseil municipal

samedi 14.02.2009, 04:53La Voix du Nord

 Le futur pôle scolaire sera situé autour de Mme-Lequin. Les locaux actuels serviront de garderie.

Partenariat avec le privé ou chantier strictement public ? Le mode de financement du groupe scolaire, fusion de Jules-Ferry et de la maternelle Madame-Lequin, a cristallisé les débats sur le budget jeudi soir. Investir, quitte à s’endetter sur 35 ans, ou différer pour cause de crise, telle est la question… que l’opposition veut voir trancher par un référendum.

 

Le projet du groupe scolaire Ferry-Lequin au coeur des débats du conseil municipal dans Voix du Nord

À Templeuve, l’opposition, menée jeudi soir par un Daniel Herbain en verve, prend son rôle au sérieux. Il aurait bien monopolisé la moitié du temps de parole, sans la présentation du débat d’orientations budgétaires. Opposition, obstruction, difficile de démêler le bon grain de l’ivraie. Le sujet phare, la construction du groupe scolaire, aurait pourtant dû mettre tout le monde d’accord : il figurait dans les programmes électoraux des deux listes, l’an dernier. C’était sans compter sur la crise… La majorité municipale, entend mener son projet à bien malgré la morosité économique. Et sans rogner sur d’autres projets, comme la réfection de la salle de sport, de la façade de l’église Saint-Martin… La clé de la liberté financière ? «  Un partenariat public-privé », préconise Pierre Bailleux, l’adjoint aux finances. Avantages : de l’étude à l’entretien des locaux, en passant par la construction, c’est un promoteur privé qui paie. la commune lui paye un loyer. Inconvénient : un coût global plus élevé. Mais à court terme, c’est intéressant : «  Le temps de l’étude et de la construction, la capacité à investir de la commune reste intacte, à environ 1,4 M E », pointe Pierre Bailleux.

Daniel Herbain,  bondit sur d’autres chiffres. «  Le projet avoisine les 6 M E. Par une maîtrise publique, on en arrive à 9,3 M E coût de la dette compris, pour 14,3 M E avec un partenariat public-privé », dénonce-t-il.

Pierre Bailleux acquiesce. Ses simulations montrent qu’avec un PPP, la commune verserait un loyer de 366 000 E par an pendant 35 ans. Avec un financement en main-d’oeuvre publique, le remboursement serait de 575 000 E sur 15 ans. Une politique «  d’après moi le déluge », invective Daniel Herbain. L’élu réclame un « référendum » auprès des Templeuvois, appelle à différer le groupe scolaire et brocarde : «  Vous achetez la possibilité d’investir ailleurs, pour vos promesses électorales ». Luc Monnet, le maire, répond par l’affirmative : «  Le PPP est le seul moyen de réaliser des travaux d’envergure, car je ne me sens pas le droit moral, en ce moment, d’augmenter les impôts ». Et de rappeler que c’est ce même portage financier qui a permis de concrétiser le projet de gendarmerie à Templeuve et qui sert au Grand stade, à Villeneuve-d’Ascq. Mais là, l’exemplarité est plus difficile à défendre…

BRÈVES DE CONSEIL

samedi 14.02.2009, 04:53La Voix du Nord

• – Débat d’orientations budgétaires.

Un autofinancement encore insuffisant, un endettement raisonnable : ce sont les grandes tendances mises en lumière par le brillant exposé de l’adjoint aux finances. Si le PPP pour le groupe scolaire a été largement débattu (voir ci-dessus), il a été question d’un nouveau dispositif d’État pour doper l’investissement. La TVA est désormais remboursée dans un délai, non plus de deux, mais d’un an.

OAS_AD(‘Position1′);BRÈVES DE CONSEIL dans Voix du Nord

Avec possibilité, dès cette année, de récupérer deux ans de TVA. Mais il faut que la commune investisse au moins 1,7 M E. Par contre, pour l’autre grande section du budget, le fonctionnement (personnel communal, entretien des locaux…), les robinets se ferment : l’État rogne sur les dotations globales et le calme du marché fait chuter le volume des taxes sur les cessions immobilières. Et le climat de crise n’incite pas à augmenter les impôts.

- Agrandissement de la salle des sports.

L’adjoint aux sports, Daniel Menue, a fait voter une demande de subventions pour l’agrandissement de la salle de basket. « Templeuve mérite mieux qu’une extension », peste Daniel Herbain, pour l’opposition, qui réclame une « salle qui soit vraiment omnisports ».

- Contentieux commune-ancien adjoint.

Le tribunal administratif a tranché : le 3 avril 2008, il a annulé la préemption de la commune sur le terrain de la SCI Protim. En fait, le gérant de cette société civile immobilière n’est autre que Dominique Robinet, ancien adjoint à l’urbanisme, démis de ses fonctions lors du précédent mandat de Luc Monnet. Le maire avait préempté son terrain pour le vendre au groupe Hainaut immobilier, de façon à bâtir des logements sociaux. Mais le contentieux entre le maire et son adjoint en a tant reculé la construction qu’elle n’est plus à l’ordre du jour. Le terrain, toujours propriété de la mairie, (Dominique Robinet ne demande pas l’annulation de la vente) va constituer un passage vers un parking rue d’Orchies. Les élus ont voté la réparation du préjudice à l’ancien adjoint : 6 000 E, entraînant l’ire de Daniel Herbain : « À cause de mauvaises relations entre le maire et son ancien adjoint, c’est le contribuable templeuvois qui paie ».

dahirafemmesmouridesbayefal... |
Saint-Michel les Portes |
loi malraux versailles |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mimizan pour de vrai !
| Projet Eco-citoyen - CIFA T...
| Mairie de Grépiac