Archive pour novembre, 2009

Initiatives citoyennes templeuvoises

samedi 31.10.2009, 05:03La Voix du Nord

| Olivier DELAERE, président d’Initiatives citoyennes 

Initiatives citoyennes templeuvoises se présente comme l’association créée par le groupe d’opposition de la municipalité, qui porte le même nom dont l’objectif est d’être « force de proposition sur les différents dossiers de la vie templeuvoise. » > En quoi contestez-vous l’extension du Leclerc ?

OAS_AD(‘Position1′); dans Actions Initiatives Citoyennes

« On travaille sur le dossier depuis les dernières élections car le projet avait déjà été annoncé. Le Leclerc était d’une taille suffisante pour les besoins des Templeuvois et des habitants des communes limitrophes. Si l’exploitant souhaitait l’agrandir, il pouvait le faire à l’extérieur du village. » > Qu’avez-vous fait pour empêcher l’agrandissement ? « Voyant que le projet avançait, on a voulu vérifier la fiabilité du projet et confirmer notre impression. On a réalisé une étude par nos propres moyens qu’on a envoyée en commission nationale de l’équipement commercial. Elle démontre que ça ne va apporter que des nuisances évidentes : plus de trafic, voitures et camions, dégradation évidente pour l’environnement et le cadre de vie… Nous ne sommes pas surpris que les riverains réagissent de cette manière. » > Que comptez-vous faire aujourd’hui ?« On n’a plus vraiment de moyen à notre niveau. Par contre, on sera très vigilants à ce que le projet respecte les différentes autorisations et clauses du permis de construire. » •

La guerre des nerfs continue autour de l’extension du Leclerc

dimanche 01.11.2009, 05:03La Voix du Nord

 Les riverains se plaignent des nuisances dues à l’extension.

| TEMPLEUVE |

Depuis plusieurs mois, des riverains de l’hypermarché Leclerc de Templeuve mènent un combat contre des nuisances, qu’ils décrivent comme auditives, visuelles et olfactives, provoquées par l’extension de leur imposant voisin. …

 

« La grosse nuisance collective, c’est le bruit des aérothermes, ces évaporateurs frigorifiques qu’on entend depuis notre jardin, explique Sébastien Denis, riverain et représentant d’un comité informel de voisins. C’était insupportable cet été. C’est un bruit permanent, sourd. Les camions, par exemple, font plus de bruit, notamment avec leur bip de recul, mais c’est ponctuel, le matin, à partir de 5 heures. » Les autres plaintes : « les proportions du magasin par rapport à l’environnement, son intégration dans le paysage, les odeurs des bennes à ordures… » Luc Monnet, maire, assure être « conscient de cette gêne » et a organisé, à trois reprises, des réunions, en présence du directeur et du président de l’hyper, Thomas et Bernard Pocher, pour tenter de régler le confit. « Des réunions extrêmement constructives et MM.

OAS_AD(‘Position1′);La guerre des nerfs continue autour de l'extension du Leclerc dans Actualites

Pocher sont venus avec des réponses à toutes les questions posées. Sur le point essentiel des aérothermes, il a été répondu qu’on ne garantirait jamais un taux de nuisance zéro mais des décibels bien en deçà du niveau autorisé. Ils se sont engagés à mettre en place des sortes de murs antibruit. » Même « bilan plutôt satisfaisant » pour Bernard Pocher.

Pourtant, Sébastien Denis se dit déçu. « À la sortie, certains étaient ravis des mesures qui devaient être prises. On avait l’impression d’être écoutés. Pour les aérothermes, ça devait être réglé rapidement… Bref, beaucoup de promesses et aucune n’a été tenue : je découvre la politique.

 » Même désillusion du côté des époux Joyeux, riverains. « Ce sont des promesses en l’air. Il n’y a eu absolument aucun changement. Pour les aérothermes, ce devait être fait début septembre. nous sommes fin octobre et rien n’a bougé. Jusque-là, on a parlementé. Désormais, on parle d’entamer une procédure. » Et Sébastien Denis de confirmer avec la volonté d’envoyer, « d’ici quelques jours, un précontentieux. Si rien n’est fait, on emmènera le problème en justice. » Pourtant, du côté de la direction de l’hypermarché Leclerc, on assure que des choses ont déjà été entreprises. « Sur le plan de l’insonorisation, on a fait travailler plusieurs cabinets d’étude. Et ça devrait être opérationnel d’ici quinze jours ou trois semaines. Ça ne se fait pas comme ça, ce n’est pas du bricolage. On parle de structures antibruit. On a recherché quelque chose de définitif et d’efficace. Le bruit sera renvoyé vers le toit et eux, de leur domicile, ne devraient plus entendre grand’chose. »

dahirafemmesmouridesbayefal... |
Saint-Michel les Portes |
loi malraux versailles |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mimizan pour de vrai !
| Projet Eco-citoyen - CIFA T...
| Mairie de Grépiac